Le succès de l’épreuve organisée par le Stade béthunois automobile se confirme édition après édition.

2 septembre 2016
Le succès de l’épreuve organisée par le Stade béthunois automobile se confirme édition après édition.

Rallye du Béthunois Communiqué N2Le plein d’engagés au Rallye Le Béthunois

Le succès de l’épreuve organisée par le Stade béthunois automobile se confirme édition après édition.

La 39e édition – 17e réservée aux véhicules historiques de compétition – du Rallye Le Béthunois comptant pour la Coupe de France des Rallyes coefficient 3 débute en fin de journée du vendredi 9 septembre par les vérifications administratives et techniques, pour la troisième année consécutive dans les locaux de Renault DAB, zone Actipolis à Fouquières-Les-Béthune.

Samedi 10 et dimanche 11 septembre, place à la compétition avec, à nouveau, douze spéciales – trois à disputer deux fois chaque jour – représentant 131,80 kilomètres chronométrés, soit 17,40 km supplémentaires par rapport à la précédente édition. Le timing équilibré est éprouvé : la première étape débute à 10h et se termine vers 18h ; la deuxième étape commence à 8h30 et finit vers 14h30 sur la Grand-Place à Béthune, centre névralgique de l’épreuve.
De l’inédit sur des spéciales aux noms connus. Le Stade Béthunois automobile propose des noms de spéciales connus et de… l’inédit, selon la volonté de ses membres. La spéciale empruntant le circuit de la base Loisinord à Noeux-Les-Mines est délaissée. Samedi 10 septembre, l’entame s’effectue à nouveau par une épreuve chronométrée sur la base départementale de loisirs d’Olhain. « Nœux-Les-Mines n’a pas connu un succès sportif contrairement à celui populaire certainement, justifie Jean-Philippe Dhaisne, le président du Stade Béthunois automobile. Les responsables de la base départementale de loisirs d’Olhain étaient intéressés par le retour du rallye. Avec leur collaboration, le parcours de 4,71 km avec un nouveau lieu de départ emprunte les parkings et la route, refaite, du camping. Nous conservons seulement 30 % de 2014. Aucun jump n’est installé. »

Les concurrents enchaînent avec France Pare-Brise Les communes vertes (13,90 km). « A 30 %, il s’agit de la spéciale des Vallées, élucide Jean-Philippe Dhaisne qui peut compter sur l’ensemble de son équipe de bénévoles pour cette organisation d’envergure dans le Pas-de-Calais. Le reste est nouveau. Il y avait des demandes fortes des communes voisines des Vallées pour que le rallye passe. Une partie du parcours nous a toujours fait rêver. »

La boucle de trois spéciales avec des liaisons réduites se termine par Careco Le Dolmen (8,00 km). Si le nom est connu, le tracé est en sens inverse des années précédentes. La course de côte d’Hersin-Coupigny est donc empruntée en… descente !

Dimanche 11 septembre, la journée est longue avec les classiques Interhotel Les Deux Rivières (12,60km), Bridgestone Le Turbeauté (12,20 km) et en conclusion, Delmare Médical-Transport Christiann Le Blanc Sabot (14,50 km) avec des modifications : « La spéciale Les Deux Rivières est allongée et constitue une épreuve d’antan avec la traversée de Vieille-Chapelle et la fin à Lestrem grâce aux bonnes relations avec la Gendarmerie. La boucle dans Le Turbeauté est supprimée. A une ou deux chicanes près, Le Blanc Sabot est identique aux années passées. »

La passe de 5 pour Bayard ? A quelques heures de la clôture des engagements, la liste des engagés du Rallye Le Béthunois affichait le plein (140 « modernes ») à la grande satisfaction des bénévoles du Stade Béthunois automobile. Chaque édition confirme que « leur » épreuve suscite l’engouement auprès des concurrents locaux, départementaux, régionaux et hors des frontières. Aux fidèles Britanniques Graham Coffey (Subaru Impreza WRC), Steve Hendy (Ford Focus WRC) et Andrew Fenwick sur une originale Proton Satria Super 2000 s’ajoute le belge Benoît Allard avec une Skoda Fabia WRC pour tenter de faire vaciller le Roi Laurent Bayard, vainqueur des quatre dernières éditions. Farouk Moullan se déplace depuis la Réunion pour découvrir une Ford Fiesta WRC également possédée par un certain David Salanon qui a animé la première partie de la saison du Championnat de France des Rallyes 2016 et, par ailleurs, vainqueur de deux Coupes de France des Rallyes. C’est dire si la bagarre promet ! Yves Saint-Requier et Laurent Fauguet avec les Peugeot 207 S2000 tenteront de brouiller les cartes tandis que Franck Pavy et Laurent Mordacq avec leurs Mitsubishi R4 viseront une place dans le Top 10. Ce peloton doit se méfier des japonaises du Groupe N emmenées par Frédéric Perrard, Anthony Leduc et Victorien Heuninck.

Comme souvent sur les routes du Béthunois, la lutte ne prévaut pas que pour le scratch et le Top 10. Chaque groupe (35 Groupe A et 30 Groupe N) et chaque classe semblent devoir être animées. A nouveau, avec 56 engagés, le Groupe F2000 est particulièrement bien fourni : 26 rien que dans la classe F2-14, 16 dans celle F2-13 et 13 dans celle F2-12 ! Le vainqueur aura bien mérité sa distinction. La classe N2 (11 membres dont le vice-président du Stade Béthunois automobile, Jean-Charles Membot) dépasse elle aussi la dizaine.

Le 17e Rallye Le Béthunois réservé aux véhicules historiques de compétition qui réunit 12 concurrents semble ouvert.

_download_pdf[1]